• La lente érosion de l'industrie en Suisse

    En Suisse romande, on parle beaucoup d'horlogerie mais peu de machines, de métallurgie et des équipements électriques, la branche dite des MEM. Elle pèse pourtant trois plus dans les exportations nationales et subit davantage la force du franc, alors que ses marchés principaux sont situés dans la zone euro. Vu les coûts en Suisse, on ne s'étonnera pas non plus que le secteur crée la plupart de ses nouveaux emplois à l'étranger. Plus d'informations ici.

  • Le Suisse préfère la route au rail

     

    Dans les économies développées, la proportion des petits biens de consommation progresse, alors que celle des cargaisons en vrac tend à décroître. Cela entraîne une hausse de la demande de transport pour petites marchandises, qui se traduit par un afflux des rails vers la route. Le franc fort et le e-commerce expliquent aussi pourquoi les routes helvétiques commencent à saturer. Plus d'informations ici.

     

  • La voiture pollue plus que l’avion et le train

    Screenshot 2018-08-26 at 21.11.09.pngSi on calcule par passager, c'est assez net.

  • Les pompistes ont disparu

    Détaillant dans un magasin lié à une station-service, ça c'est porteur. Le réseau helvétique des pompes à essence reste cela dit le plus dense au monde. Plus d'infos ici.

  • Les Valaisans et les voitures

    Le nombre de voitures ne cesse de croître en Suisse, surtout dans les cantons moins urbanisés. En terres romandes, on constate ainsi qu'en Valais on recense pas moins de 631 bagnoles pour mille personnes, un chiffre qui monte presque chaque année. Au bout du Léman, la tendance à la hausse s'est arrétée, pour redescendre, au début du millénaire. Plus d'informations ici.

  • EasyJet et ses émissions de CO2: le grand paradoxe

    Dans ses rapports annuels, la compagnie aérienne britannique souligne à quel point, par passager, elle pollue chaque année moins. EasyJet est par contre beaucoup plus évasif sur ses émissions totales de gaz à effet de serre, qui croissent chaque année. Plus d'informations ici

  • Le fantastique envol des exportations bâloises

    En deux décennies, l'industrie pharmacteutique a triplé le volume des exportations bâloises. L'aéroport cantonal, mineur en termes de passagers, surpasse du coup celui de Genève sur le front des marchandises. Le canton du bout du lac est pourtant le deuxième plus grand exportateur du pays!

     

  • Les banques suisses, pas encore remises de la crise?

    En décembre 2015, UBS gérait 500 milliards de francs en moins par rapport à la fin 2007. Les autres grandes banques ont également vu leurs actifs sous gestion imploser pendant la crise. Certaines, comme Pictet, ont rebondi, d'autres pas. Les données ci-dessus incitent à croire que la place helvétique ne s'est pas encore remise de ces années difficiles. En réalité c'est plus complexe. Lire plus ici.