On fait une nouvelle loi sur les taxis pour Uber... et ils ne la respectent pas

Uber1.jpgBon nombre de chauffeurs de taxi répètent que certains de leurs concurrents, partenaires d’Uber, ne respectent pas la loi, en effectuant des courses dans le canton sans plaques genevoises. La «Tribune de Genève» a cherché à le vérifier, de nuit, aux heures de pointe d'Uber.

Et l'a constaté.

Commentaires

  • Vous ne pouvez pas constaté une infraction à la LTVTC sur la base des plaques d'immatriculation !
    Selon cette loi, c'est l'autorisation cantonale, c'est-à-dire la carte de chauffeur délivré par le PCTN (Service de la police du commerce et de la lutte contre le travail au noir) pour Genève qui détermine la possibilité de travailler sur le canton et de faire du cabotage (course de Genève à Genève). Un chauffeur habitant à Founex et obtenant une carte de chauffeur du PCTN ne pourra pas immatriculer son véhicule à Genève en raison de son lieu de résidence, mais pourra exercer puisqu'il a une autorisation genevoise.

    L'article 13 de la LTVTC parle bien d'autorisation cantonale pas d'immatriculation.

    Un chauffeur genevois peut travailler à Genève avec un véhicule loué sur Vaud, rien ne s'y oppose et surtout pas la LTVTC.

Les commentaires sont fermés.